L’IREQ responsable du projet V2G

Médias

IREQ tests TM4 inverter

L’IREQ responsable du projet V2G

2 May 2012
IREQ tests TM4 inverter

L’IREQ sera responsable de la réalisation du projet d’échange d’énergie véhicule-réseau (V2G) et véhicule-maison (V2H)

 

Montréal, le 2 mai 2012 –  L’Institut de recherche d’Hydro-Québec (IREQ) est heureux de s’associer notamment à l’entreprise B3CG Interconnect de St-Eustache afin d’expérimenter les concepts d’échange d’énergie véhicule-réseau et véhicule-maison.

L’échange d’énergie véhicule-réseau (communément appelé vehicle-to-grid ou V2G) vise à utiliser l’énergie stockée dans les batteries des véhicules rechargeables comme source d’appoint pour alimenter en électricité un réseau comme par exemple celui d’Hydro-Québec durant les pointes de consommation. L’échange d’énergie véhicule-maison (communément appelé vehicle-to-home ou V2H), pour sa part, permettrait au propriétaire d’un véhicule électrique rechargeable d’utiliser l’énergie stockée dans la batterie comme source d’électricité temporaire, en cas d’interruption de service à son domicile, au même titre qu’une génératrice.

Le véhicule d’essai, qui sera équipé de technologies québécoises, sera assemblé à l’IREQ. TM4, filiale d’Hydro-Québec, fournira un système de motorisation électrique TM4 MФTIVEMC de dernière génération. Les matériaux avancés brevetés par l’IREQ (phosphate de fer lithié) seront utilisés pour la batterie. B3CG Interconnect développera deux nouvelles technologies avec ses partenaires le Centre National du Transport Avancé (CNTA) de Saint-Jérôme et l’entreprise lavalloise Brioconcept: une batterie de puissance et son système de gestion de même que d’un chargeur bidirectionnel permettant à la batterie aussi bien de se recharger que de fournir de l’électricité au réseau.

Ce projet bénéficie également d’une participation financière du Gouvernement du Québec dans le cadre du Plan d’action 2011-2020 sur les véhicules électriques. Ce plan confiait à Hydro-Québec le mandat de définir les implications de ces concepts novateurs et de mener les expérimentations nécessaires.

L’idée d’échanger de l’énergie entre les véhicules et la maison ou les véhicules et le réseau est fort intéressante. « Nous souhaitons mieux définir la contribution potentielle que cette technologie pourrait présenter à long terme, souligne Denis Faubert, directeur de l’IREQ. Cette initiative permet à Hydro-Québec de continuer d’exercer son leadership en matière d’intégration des véhicules électriques au réseau et deviendra une véritable vitrine du savoir-faire québécois. »

« Grâce à la présence d’Hydro-Québec et de grands donneurs d’ordres québécois de classe mondiale en transport, l’industrie québécoise peut occuper une place sur le marché international des véhicules électriques et des technologies connexes, comme le V2G, a pour sa part déclaré Stéfan Baumans, président et chef de la direction de B3CG Interconnect. Notre entreprise souhaite aussi viser certaines niches spécialisées comme les véhicules électriques pour le transport collectif urbain, de plein air et d’exploitation minière », a précisé M.Baumans.

À propos d’Hydro-Québec
Hydro-Québec produit, transporte et distribue de l’électricité. Son unique actionnaire est le gouvernement du Québec. Exploitant essentiellement des sources d’énergie renouvelables, et plus particulièrement la grande hydraulique, elle soutient le développement d’autres filières – comme l’éolien, la biomasse et la petite hydraulique – par ses achats auprès de producteurs indépendants. Le Plan d’action d’Hydro-Québec en matière d’électrification des transports comporte quatre objectifs, l’un concerne le transport collectif et les trois autres les voitures rechargeables, soit le développement et la commercialisation de technologies de pointe, les essais sur route et en interface avec le réseau, ainsi que les infrastructures de recharge. Avec ses partenaires, Hydro-Québec a récemment lancé le premier réseau de bornes de recharge publiques au Canada, le Circuit électrique. Par ailleurs, son institut de recherche, l’IREQ, fait de la recherche-développement dans le domaine de l’énergie. Hydro-Québec consacre plus de 100 M$ par année à la recherche. L’entreprise étudie le domaine des batteries depuis plus de 30 ans et réalise des recherches approfondies sur les matériaux évolués, notamment les sels fondus, le phosphate de fer lithié et les nanotitanates. Ses travaux contribuent au développement de batteries au lithium-ion hautement performantes et sécuritaires, pouvant être rechargées plus rapidement et plus souvent. Le succès futur des véhicules électriques rechargeables repose en grande partie sur la technologie des batteries.
Pour plus d’information : http://www.hydroquebec.com/electrification-transport/index.html